Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 janvier 2015

Non, pas de voeux de nouvel an cette année.

Plus j'avance dans mon parcours personnel, plus je me rends compte que ce blog ci m'a apporté - en plus de quelques vrais amis et d'une révolution professionnelle - beaucoup de gens qui n'avaient pas du tout mon bien être en tête en m'approchant. Je trouve de plus en plus difficile, les années passant, de célébrer son existence, comme si je célébrais la naïveté dont j'ai fait preuve et la façon dont ce blog me permettait de cacher la réalité de ce que je vivais.

Je suis désolée pour ceux qui se disent qu'ils voyaient de la magie dans mon univers onirique et léger. Je le suis car ils avaient raison... mais j'ai été obligée de les dessiller comme j'ai été obligée de le faire pour moi même. Les faire entrer avec moi par un bout du processus les a emmenés dans un chemin qu'ils n'ont pas forcément trouvé agréable, ou qui les a déçus. C'est cela qui me rend désolée pour eux. Si je l'avais anticipé, j'aurais essayé de faire autrement.

Pour d'autres, désolée, je ne le suis pas le moins du monde. Les prétendus amis qui vous jugent, vous méprisent parce que vous prenez une voie nécessaire qu'ils fuient de toutes leurs forces, quitte à vous marcher dessus pour s'échapper... Ceux là ne méritent que la mention de cette citation d'Alice Walker :

No person is your friend who demands your silence, or denies your right to grow.


Je constate amusée leurs messages se voulant cryptomordants* en d'autres lieux.

C'est ballot, j'oublie toujours que je suis censée être une petite fille désemparée à qui on tapote la tête en lui demandant de se taire, là, là, étouffe ce que tu vis et tout ira mieux. Comme je l'oublie, j'en profite pour comprendre parfaitement le sujet et l'adresse de ces cryptoconneries, et parfois quand je m'emmerde j'y réponds par certaines de mon cru. Elles sont faites sur le même moule, à la seule différence que je les sais comprises par tous et assume le sarcasme qu'elles représentent. Ca m'amuse mollement, à défaut de me blesser. Avant de vous offusquer de mon cynisme, souvenez vous que j'ai été prise pour une cruche en premier lieu.

J'ai de moins en moins honte de ce que je suis, de la façon dont mon esprit fonctionne, de la grave maladie dont je souffre, de ce qu'on m'a fait et du tort qu'on me cause. Je n'ai pas, comme dit l'expression proverbiale, le cul sorti des ronces... Mais je ne laisse plus ni faire ceux qui m'y poussent, ni ne laisse dire que je devrais y rester bien planquée.

Il semble que hautetfort veuille effacer cet espace si je ne reviens pas au moins une fois par an. Alors on se reverra... Probablement plus pour la nouvelle année, donc, mais je reviendrai.


*cryptomordants : néologisme qui désigne les propos passifs agressifs censés viser une personne et ses actes, tout en ne la citant pas, l'auteur se croyant à la fois subtil, habile, compris seulement des initiés et non de sa cible. voir également à "très gros sabots".



mardi, 31 décembre 2013

2014

voeux krysalia 2014.jpg



23:31 Publié dans voeux | Lien permanent | Commentaires (0)

samedi, 22 décembre 2012

2013 !




Bonne année à tous, et si 2013 c'était l'année des changements et des transformations ? Sans jouer à Madame Soleil, je vois se profiler différents caps pour mon propre avenir. J'espère que ceux que vous aurez à passer seront pleins de bonnes surprises, et qu'ils vous apporteront le meilleur.

Chaque année, je donne des nouvelles, à défaut de ne pas pouvoir le faire plus avant et plus souvent sur ce blog. Ma santé se dégrade, et professionnellement mes projets avancent. A un moment ces lignes vont se croiser et je ne sais pas quand, ni si j'aurai eu le temps de faire ce que je voulais.

J'ai vécu une année plus dure encore que les précédentes grâce à certaines personnes auxquelles je suis très loin de dire merci :/. Certaines choses que j'avais reconstruit en moi se sont écroulées comme des châteaux de cartes qu'elles n'étaient pourtant pas, cédant sous la violence de leur propos. J'avance néanmoins dans la compréhension de moi même et de mon passé, avec des étapes importantes (que je ne dois pas à ces gens hélas, je les ai passées malgré eux et plus douloureusement qu'il n'était nécessaire. Pour ça non plus, je ne les remercie pas).

Je repense aussi avec amertume aux salopards et aux connasses qui ont eu la mauvaise idée de me persuader, à une certaine époque lointaine de ce blog, que "je n'étais pas malade et que tout était dans ma tête, rhalala". Qu'ils pourrissent en enfer - pour autant qu'une version de ce truc existe, métaphoriquement ou non - même si la culpabilité initiale est absolument la mienne, pour les avoir écoutés au lieu d'écouter mon propre corps. Pour leur avoir fait confiance au lieu de faire confiance à mon bon sens et aux réalités biologiques de la maladie qui me détruisait déjà depuis des années. Pour avoir perdu tant de temps à me torturer sur leur ordre, et en porter encore les séquelles à ce jour, physiques et psychologiques.

Je vous ai souhaité un 2013 plein de bonnes surprises... Je vous souhaite également - si vous en avez besoin - le sentiment de confiance en vous même, en l'écoute de votre propre corps et de votre propre esprit, dont personne ne devrait vous éloigner. Je vous souhaite de bien vous connaître et de savoir vous respecter vous même dans les moments ou personne ne le fait à votre place.

Je souhaite que cette année 2013 soit la votre, et non celle qu'on aurait décidé pour vous.

Avec des sous, la santé, du boulot, des amours, des rires et de la tranquillité, par dessus le marché :D !


vendredi, 21 décembre 2012

2013 ?






On ne vit pas des fins du monde tous les jours ma brave dame !

Loin d'être effrayant, je trouve ça fort amusant. C'est un moyen de se donner un passage de cap à peu de frais... et d'identifier les gens qui sont tenus par leurs croyances plus que par leur esprit critique :D.

Vous avez prévu un apéro d'après fin du monde, par chez vous ? Ou un apéro de juste avant, pour ne pas se laisser abattre ? (sans mauvais jeu de mot :D) (ou peut être un petit peu !)

En attendant la nouvelle année dont je ne doute pas une seconde de la venue :D, je vous souhaite une fin du monde pleine de rires et de sensations d'être bien vivant, ce qui n'est jamais désagréable :)

04:45 Publié dans voeux | Lien permanent | Commentaires (1)